L'Europe comme...

Le Silence de Lorna - Charlotte Garson

Critique de cinéma, collabore aux Cahiers du cinéma.

Mardi 14 novembre à 21h, aux Cinoches (Plateau) à Ris Orangis

Le silence de Lorna de Jean-Pierre et Luc Dardenne

 

"La beauté du regard des frères Dardenne sur les adversités de la vie – et de l’Europe actuelle – tient en un refus : celui de la bien-pensance. Lorna, immigrée albanaise qui lutte pour se faire une place et ouvrir boutique, est a priori la victime du système qui fait la vie dure aux nouveaux-arrivants. Mais survivre, on le sait depuis la trahison du personnage éponyme de Rosetta, c’est parfois nier l’humanité d’un autre, faire taire un moment sa conscience, regarder ailleurs pendant que le voisin tourne de l’œil. Le silence de Lorna raconte la sortie de ce blackout de la conscience."
Charlotte Garson

Paysage dans le brouillard - Christophe Kantcheff

Rédacteur en chef adjoint de Politis.

Jeudi 22 novembre à 20h30, à l'Espace Marcel Carné à Saint-Michel-sur-Orge

Paysage dans le brouillard de Théo Angelopoulos

"Theo Angelopoulos est mort en janvier dernier à l’âge de 76 ans. Les circonstances de son décès sont hélas emblématiques du drame que subit depuis quelques années son pays, la Grèce. Ayant été renversé par une moto, le cinéaste, sous le coup de nombreuses blessures, a dû attendre 30 à 40 minutes l’arrivée d’une ambulance. Celle-ci était la troisième à partir à son secours, la première étant tombée en panne, la seconde étant partie d’un hôpital trop lointain. Voilà quelles peuvent être les conséquences d’un pays dont les services publics sont mis à sac. Theo Angelopoulos est mort sur le tournage de son dernier film, précisément consacré à la crise financière, à la faillite de la Grèce et à celle de l’Europe.

Paysage dans le brouillard, réalisé en 1988, qui raconte le voyage initiatique de deux enfants à la recherche de leur père, compte parmi ses plus beaux films. Le proposer ici est une forme d’hommage et une manière de protestation."
Christophe Kantcheff